Conférence « Les écritures contemporaines de l’histoire et de l’histoire de l’art » par Agnès Callu – « L’université au lycée »

Dans le cadre du projet « L’Université au lycée », renouvelé pour la deuxième année consécutive, le lycée du Golfe de Saint-Tropez a eu le plaisir d’accueillir Agnès Callu, professeur des universités (HDR) à  l’Institut interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC), à l’EHESS / CNRS et à l’EPHE (Équipe HISTARA) et  l’ITEM/Ecole Normale Supérieure-ENS (Équipe Processus de création / Genèse de l’œuvre).

Agnès Callu a présenté au lycéens de première spécialité Histoire-géographe, géopolitique et sciences politiques, ainsi qu’aux élèves préparant le concours de Sciences Po, son métier d’historienne et d’historienne de l’art.

Cette présentation est d’abord passée par l’exercice obligatoire pour tout chercheur en histoire, de l’egohistoire. Ce passage permet de comprendre qui parle, à partir d’où, dans quel contexte, et avec quelles visées. C’est un passage obligé pour tout étudiant doctorant, et Agnès avec trois thèses à son actif, s’y est volontiers plié. Ainsi après être passée par une prépa littéraire à Henri IV (Paris), Agnès a publié sa première thèse en 1994 (Prix Lenoir), puis a évolué vers l’étude des politiques publiques de la culture. Après avoir réussi le concours de conservateur, préparé à l’Ecole du Louvre, elle s’oriente ensuite vers l’histoire de l’art, mais dans une perspective plus historienne. Ces éléments expliquent ses travaux de recherche actuels sur l’esthétique notamment.

La seconde partie de l’intervention a été l’occasion de présenter les outils de l’historienne. Ces outils sont à la fois matériels mais aussi intellectuels. La maîtrise des notions, des méthodes, est tout aussi importante que celle de la masse des archives. Cette connaissance n’est ainsi pas seulement disciplinaire, mais fondamentalement inter-disciplinaire. La maîtrise de la philosophie apparaît alors comme un élément essentiel des outils utiles à l’historienne. Ce passage a d’ailleurs permis à nos élèves préparant les concours de Sciences Po de comprendre à quel point le passage préalable par la philosophie permettait de mieux appréhender l’étude de l’Histoire, et notamment la préparation à l’épreuve de question contemporaine présente au concours.

Toujours dans cette seconde partie, Agnès Callu a rappelé les grands courants historiques et leurs interactions de nos jours (Microstoria/macrostoria, histoire quantitative/qualitative), ce qui a permis aux élèves de première de mieux appréhender les exigences de la composition demandée en spécialité, grâce à la démonstration d’un travail régulier entre général et particulier.

Au final, les élèves au nombre d’une centaine, ont salué l’intervention d’Agnès Callu par de chaleureux applaudissements. Nous leur souhaitons à toutes, et à tous, de futurs succès dans leurs études, et nous espérons revoirAgnès Callu très vite.

NoticebioCALLUJanvier2020

http://www.rdv-histoire.com/callu-agnes

http://equipe-histara-ephe.fr/agnes-callu